Les réseaux sociaux “trop lents” sur les changements de droits

0
99

Les entreprises de médias sociaux doivent faire davantage pour lutter contre la fraude et les escroqueries sur leurs plates-formes et rendre leurs termes et conditions équitables pour tous les consommateurs, a déclaré la Commission européenne (CE).

Google, Facebook et Twitter ont été invités en novembre 2016 à apporter des changements dans ces domaines.

La commissaire européenne à la Justice, Vera Jourova, a déclaré qu’il était inacceptable que les changements «prennent autant de temps».

Elle a déclaré que les changements jusqu’à présent ne remplissaient que partiellement les exigences.

Les dernières propositions de Google + sont conformes aux demandes des autorités européennes de protection des consommateurs, mais Facebook, et plus particulièrement Twitter, n’ont abordé que partiellement les problèmes.

Les points de friction semblent être sur leur responsabilité et sur la façon dont les utilisateurs sont informés sur la suppression de contenu ou la résiliation du contrat, a déclaré la Commission européenne.

En novembre 2016, les autorités de consommateurs de l’UE ont écrit aux entreprises de médias sociaux exprimant un malaise sur une série de questions relatives aux droits des consommateurs, à la suite d’une série de plaintes des consommateurs.

Depuis lors, les opérateurs de médias sociaux ont convenu d’amender:

  • les conditions de services limitant ou excluant totalement la responsabilité des réseaux de médias sociaux en relation avec l’exécution du service
  • les conditions obligeant les consommateurs à renoncer aux droits obligatoires des consommateurs de l’UE, tels que leur droit de se retirer d’un achat en ligne
  • les termes privant les consommateurs de leur droit d’ester en justice dans leur État membre de résidence, et prévoyant l’application de la loi californienne
  • le terme libérant la plate-forme de l’obligation d’identifier les communications commerciales et le contenu sponsorisé

    Tous les trois ont promis de mettre en œuvre les changements à leurs termes et conditions au premier trimestre de 2018.

Délais spécifiques

En ce qui concerne la suppression du contenu illégal, les CE ont estimé que les entreprises pourraient faire plus. Alors que Google+ a promis des délais pour traiter les demandes, Facebook et Twitter ont seulement accepté de fournir une adresse e-mail dédiée que les autorités nationales peuvent utiliser pour notifier les infractions.

Cependant, ils ne se sont pas engagés à traiter de telles demandes dans des délais précis.

Mme Jourova a déclaré: “Comme les réseaux sociaux sont utilisés comme plateformes publicitaires et commerciales, ils doivent respecter pleinement les règles du consommateur.

“Je suis heureux que l’application des règles de l’UE pour protéger les consommateurs par les autorités nationales porte ses fruits, car certaines entreprises rendent maintenant leurs plates-formes plus sûres pour les consommateurs, mais il est inacceptable que cela ne soit pas encore complet. ”

La CE a publié un tableau indiquant les changements demandés par elle et la réponse des trois entreprises.

 

 

 

 


Laire aussi  Spotify: Pourquoi c'est pas comme Netflix

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here